CULTURE, VOYAGES

MAGHREBIAN SUMMER #1 : Alger, le retour aux sources

21479705_267136633805105_1494014295288053760_n

C’est tout de même comme si je n’avais pas vu Alger pendant une dizaine de mois, j’y étais retournée en Février seulement pour cinq jours, qui ne m’ont en fait pas servis à grand chose… Tout était trop rapide durant ce petit séjour, il m’a certes procuré du bien, mais je suis retournée sur Paris avec un certain engouement face à ça. Ma famille dont je n’ai pas profité, mon père qui travaillait beaucoup trop et avec qui j’ai du passé 30 minutes au maximum, mes amis que je n’ai pas eu le temps de voir, etc… 
Mais pour cet été, j’ai pris une toute autre résolution. Celle de passer mon été tout en entier en Algérie, deux mois et demi, c’est quand même énorme n’est-ce pas ? Un réel retour aux sources, j’ai également transité par la Tunisie une dizaine de jours, puis j’ai fait Oran dont je vous parlerai très vite.

Je débarque donc à Alger le 27 Juin dernier, deux jours après la fin de Ramadan que j’ai passé seule (sans ma famille) sur Paris, j’étais si heureuse à l’idée de retrouver tout le monde. Dès mon arrivée la chaleur ne m’était pas montée à la tête, il faisait déjà beaucoup trop chaud sur Paris donc j’avais déjà pris l’habitude.

S’enchaînent durant les journée suivantes une succession de visites familiales, sorties entre amis, balades à la Casbah et autres ruelles Algéroises… Et bien évidemment, des photos, des photos et des photos que vous avez sans doutes croisé sur Instagram !

J’ai enfin retrouvé mon Alger, celle dont je fantasmais depuis que je me suis installée en France. J’ai retrouvé les vendeurs de galettes et de maïs aux sorties des plages, j’ai retrouvé les jeunes hommes qui m’accostent dans la rue pour me rappeler qu’ils seront toujours présents si par hasard, je serai à la recherche d’un mari – hahaha -, j’ai également retrouvé les vieux Algérois sirotant leur café en jouant aux dominos, puis ces vieilles dames qui se remémorent le bon vieux temps, se demandant toujours où est passée cette odeur de jasmin qui circulait jours et nuits dans les rues étroites de la Casbah.

Mes chers, je vous ai enfin retrouvé. Vous m’aviez tant manqué…

Et j’ai retrouvé plus encore : la lumière d’Alger, la mer Méditerranée, les recettes de ma mère… C’est un peu ce qu’on appelle l »exotisme en Occident. Alors c’est mon exotisme à moi, qui auparavant était pourtant un quotidien, une simple routine qui va et qui vient… Et c’est avec une lourde tristesse que j’ai encore une fois quitté ma terre, ma définition…

Alger, tu es une belle femme parfois trahie par ta beauté. Mais je t’aime comme tu es et je ne cesserai de le crier haut et fort.

 

19534818_182435388960004_1693627113732571136_n
19623108_1943954635630544_4366196085903851520_n
19623491_1365384803576919_3548547708472000512_nDesktop2619624857_1697137693915677_4078963830086959104_n
19984846_488519164828844_493811979366957056_n
19985443_1915565061990128_5451501843060359168_n
20686916_1928418324149333_3629142911515361280_n
Desktop27 Desktop28